timthumbLe Mouvement des Jeunes Socialistes condamne vivement la politique du tout répression envers les demandeurs d’asile situés dans la région de Calais. Le gouvernement fait une fois de plus le choix de s’attaquer aux victimes – ceux qui fuient les guerres et la misère dans leurs pays d’origine – au lieu de se donner tous les moyens humains et financiers pour démanteler les réseaux de passeurs et offrir des conditions d’accueil décentes à celles et ceux qui sont présents sur notre territoire. En faisant le choix du tout policier, le gouvernement accentue la nécessité pour les immigrés de se cacher, de vivre dans l’ombre et d’être à tout instant à la merci des réseaux mafieux.

Nous dénonçons l’usage abusif et répétitif des termes « jungle », « nettoyage » par le gouvernement et certain média qui ne font que renforcer un inconscient présentant l’autre comme un danger de tous les instants, dont il faudrait se prémunir.

L’hypocrisie gouvernementale est encore plus importante quand le ministre de l’immigration propose comme solution de renvoyer les immigrés dans leurs pays d’origine, notamment l’Afghanistan qui est un terrain de guerre où la France est inutilement impliquée.

Le Mouvement des Jeunes Socialistes exige qu’aucune expulsion d’immigré ne se fasse en direction de territoire de guerre et que le gouvernement mette fin à une politique de reconduite aux frontières obnubilé par la nécessité de faire du chiffre. Nous souhaitons que la France renoue avec l’histoire républicaine du droit d’asile politique. La République doit assurer à chaque personne présente sur son territoire, et quelque soit sa nationalité, le respect des droits de l’homme dont l’accès à un logement et aux soins. Nous encourageons vivement le gouvernement à se donner tous les moyens humains – ce qui nécessite d’opérer des recrutements de fonctionnaires – et financiers pour lutter contre les réseaux maffieux, de passeurs, afin d’en finir avec de véritables situations d’esclavage, pour enfin s’attaquer aux véritables criminels.

Le MJS condamne les expulsions-spectacles: le gouvernement cherche à faire diversion de son échec sur le plan migratoire et humanitaire derrière le tape-à-l’oeil policier.